Pourquoi suivre l’actualité ?

C’ est un chœur auquel tous les élèves ont droit pendant les premières semaines de cours : il faut suivre l’actualité. Et ceci, pour réussir à l’université comme pour réussir en prepa. Pour beaucoup d’entre eux, c’est une nouveauté. Pour la grande majorité, c’est une corvée, pour certains un pensum. Cependant, suivre les nouvelles est une pratique essentielle pour réussir chez le Supérieur.

Exercer son esprit critique, sa synthèse et sa mémoire

Être conscient des événements actuels est un exercice qui n’est pas passif. Il s’agit de mobiliser plusieurs capacités cognitives, plusieurs formes d’intelligence. Tout d’abord, parce que les sources d’information sont variées et orientées politiquement, vous êtes donc obligé d’exercer votre esprit critique. Par exemple, le traitement du phénomène dit « migrants » diffère entièrement selon que vous êtes informé dans un journal de gauche ou un hebdomadaire de droite. Les chiffres ne sont pas les mêmes, l’analyse des tenants et aboutissants est opposée. C’est alors l’occasion de traverser les sources, de déchiffrer les inférences, de partager les affirmations libres et les vérités troublantes. Bref, c’est l’un des meilleurs exercices de vigilance intellectuelle jamais réalisés. Pratiquer régulièrement ne vous nuira pas et vous aidera à suivre les nouvelles  !

A lire en complément : Luc Gallais Isolation : la meilleure solution en Isolation acoustique et thermique

COURS PRIVÉS

Nous avons sélectionné pour vous les meilleurs professeurs privés.

POUR ACCÉLÉRER MA PROGRESSION

Google France★★★★★ évaluation 4,8 sur 5 Je trouve un professeur privé

A lire en complément : Billie Holiday et Louis McKay se sont mariés 1 an après avoir été arrêtés ensemble

De plus, comme l’information est constamment diffuse et renouvelée, elle nécessite la synthèse pour être correctement regroupée. C’est tout l’enjeu de l’esprit de synthèse. Connaissant rapidement et différenciant la chose principale de l’école secondaire, la collecte de l’information concomitante suppose des qualités que vous développerez sans même y penser en suivant les événements actuels .

Enfin, être au courant des nouvelles améliorera votre mémoire. Et nous savons l’importance de la mémorisation dans le succès des études. « Il a été démontré qu’il existe une forte corrélation entre l’empan de la mémoire de travail mesurée par ces tâches conventionnelles et les activités cognitives complexes. En d’autres termes, plus votre mémoire est meilleure, plus vous êtes capable de conceptualiser, d’organiser vos idées, d’affiner votre pensée ; bref, d’écrire un bon devoir.

Développer général culture et brillance en copies

Le suivi de l’actualité avec régularité et intelligence est également le principal moyen d’augmenter votre culture générale. Comme nous le savons, le test général de la culture est le principal outil de discrimination dans les compétitions, en particulier dans la concurrence de la BCE. C’est le principal outil de sélection des entrées dans les grandes écoles, bien que la tendance à diminuer cette importance (initiée par Sciences Po il y a plus d’une décennie maintenant, qui a donné un avantage aux lycéens dans une science po prepa) se répand lentement.

Néanmoins, pour une Françoise Mélonio, doyenne de la Faculté Universitaire de Sciences Po, qui a enterré cet événement en 2012, reste des dizaines de directeurs d’écoles ou de présidents des meilleures universités aux yeux desquels cette précieuse culture patrimoniale constitue l’Alpha et l’Oméga de toute sélection. De plus, « la thèse de « culture gé » ne concerne pas seulement les grandes écoles qui forment les élites de la pays : en France, la plupart des candidats à la fonction publique doivent adhérer à ce rituel ».

Quant aux dirigeants des meilleures écoles de commerce, ils croient aussi que la culture générale, le sujet littéraire le plus important « C’est une partie essentielle de la formation en management », explique Thierry Debay, directeur des admissions et concours des 25 écoles de management réunies dans le Banque des preuves communes.

Savoir contextualiser une réflexion, posséder des compétences de discernement, organiser une pensée, cela peut être utile lors du lancement d’un produit en permettant, par exemple, de distinguer l’essentiel et l’accessoire. La culture générale est aussi un atout dans un monde où l’ouverture est valorisée : « c’est une couche de vernis indispensable à la coloration intellectuelle d’une carrière ».

Même en 2020, nous ne sommes pas sortis de la prévalence persistante de la notion de « homme honnête » hérité du XVIIe siècle : « l’homme honnête a une culture générale étendue et les qualités sociales qui le rendent agréable en démontrant une facilité sociale en conformité avec l’idéal du moment. Homme de cour et homme du monde, il doit être humble, courtois et cultivé, mais aussi être capable de s’adapter à son entourage. Au nom de la nature, il refuse tous les excès et sait dominer ses émotions. » Cette définition, qui consacre à l’homme cultivé des qualités humaines, intellectuelles, sociales et émotionnelles inégalées domine encore !

D’ une manière plus tangible, en se référant aux nouvelles dans vos copies, vous voudrez très souvent un a priori positif. Cela permet d’écrire des crochets d’introduction ou des ouvertures de conclusion qui vous distingueront des autres qui n’ont pas bien suivi les nouvelles ; toujours positivement tant que l’allusion est pertinente bien sûr. Si, comme le généticien Albert Jacquard explique si bien, être intelligent, c’est savoir se connecter, une allusion fine à ce qui se passe dans le monde lié à un essai en économie, histoire, littérature ou sociologie sera du meilleur effet. Suivez les nouvelles vous aide à progresser dans ESH ainsi qu’à passer des tests culturels généraux.

Comment suivre les nouvelles ?

Une fois que vous avez pratiqué ces exercices de sélection, de synthèse et de mémorisation des événements actuels, il s’agit principalement de simplifier votre vie. Pour être efficace, utilisez les outils fiables reconnus par l’établissement universitaire. Se référant à ces sources sera toujours la peine de sortir du lot et pourquoi ne pas faire un prepa. Pour ce qui est de l’information générale, le quotidien Le Monde, qui reste la référence de l’enseignement supérieur comme source indiscutable. Étant donné que la Génération Z passe en moyenne quatre heures par jour sur l’écran de smartphone, suivre l’actualité passera par l’application du Monde.

Vous pouvez, avec un grand bénéfice, ajouter la consultation régulière du site The Conversation : « Exigence journalistique d’expertise académique ». L’information est structurée, fouillée et expurgée de toute forme de fausses nouvelles, ce poison de l’esprit. De plus, c’est un média complètement indépendant qui ne vit que des dons de ses lecteurs. Les auteurs sont tous des universitaires comme l’indique le Recrutement Recrutement : « Pour être publié par The Conversation, vous devez être actuellement employé comme chercheur ou universitaire dans un établissement d’enseignement supérieur ou membre de recherche de notre association. Les doctorants, sous la supervision d’un universitaire peuvent écrire pour nous ». Et bien sûr, chaque auteur n’intervient que dans son domaine d’expertise ; aucune meilleure garantie contre l’ultra crépidarisme, cet autre poison de l’information.

Vous avez besoin d’un

je suis en train de réviser l’autonomie

Je progresse avec un professeur à la maison

Je m’entraîne pendant les vacances en petite posse

Google France★★★★★évaluation4,8 sur 5 Je découvre les solutions proposées

Comme vous le comprendrez, suivre les nouvelles est beaucoup plus que recueillir divers faits ou se familiariser avec le dernier sondage à la mode. C’est avant tout un moyen de développer votre intelligence et surtout votre culture générale essentielle. Il est donc nécessaire de voir la veille informationnelle non pas comme une contrainte supplémentaire, mais comme une occasion précieuse de progrès, que ce soit à l’école secondaire pour réussir à l’école secondaire ou en prepa, pour réussir en prepa ECE2, par exemple.

Helen Bieber

À propos de Hélène

Depuis 2013, je suis en charge de l’enseignement « Expression et Communication » à l’I.U.T. de Poitiers (site de Niort, département S.T.I.D.) où je suis également directeur des études. Titulaire du C.A.P.E.S. des lettres modernes, j’ai enseigné le français et la littérature pendant 13 ans au Lycée Jean Macé de Niort (79000) à tous les niveaux et dans toutes les sections. Je coordonne depuis plusieurs années les travaux que les éditions Ellipses consacrent au test de culture générale de SBTS.

Show Buttons
Hide Buttons